Articles récents

ALLEMAGNE : publication du rapport statistique 2012 sur la santé et la sécurité au travail

  • Imprimer

18/03/14Imprimer

Partager Partager sur FacebookPartager sur Google PlusPartager sur TwitterPartager sur LinkedIn
Le BAUA publie chaque année un rapport qui fait le point sur la sinistralité sur les AT-MP. Cette année, l’organisme a ajouté un chapitre sur la question du genre chez les « travailleurs atypiques ».

Le nombre des accidents de travail en baisse
En 2012, moins d’1 million d’accidents du travail ont été enregistrés. C’est la 2ème fois depuis 2009, que leur nombre ne dépasse pas le million. En revanche, le nombre d’accidents mortels a augmenté, passant de 664 en 2011 à 677 en 2012.

Les maladies professionnelles à l’origine de 522 millions de jours d’incapacité de travail
Sur les 522 millions de jours d’incapacité de travail imputés aux pathologies d’origine professionnelle, 122 millions avaient comme origine les TMS et 60 millions les troubles psychiques et comportementaux. Pour les TMS, l’augmentation entre 2011 et 2012 est importante. Ils représentaient, en 2012, 23,4% des jours perdus contre 21,6% en 2011.

D’après les estimations du BAuA, les heures de travail non effectuées ont coûté, au total, 53 milliards d’euros à l’économie allemande.

La question du genre chez les travailleurs atypiques
Le BAUA s’est également intéressé, dans son rapport, aux « travailleurs atypiques » que sont les salariés à temps partiel n’effectuant pas plus de 20 heures de travail par semaine, les personnes occupant des emplois à bas salaires, les travailleurs en CDD, les intérimaires, les auto-entrepreneurs, les travailleurs postés.

Le BAUA a étudié les conditions de travail de ces travailleurs précaires selon leur genre. Il en a conclu qu’hommes et femmes sont concernés par le travail atypique mais de manière différente. Les hommes sont très majoritaires dans le secteur de l’intérim (71%), les femmes dans les postes à temps partiel (86%). Cela dit, la proportion d’hommes augmente considérablement avec l’âge pour le travail à temps partiel, ce qui entraîne une forte surreprésentation parmi les 55-64 ans.

Les statistiques montrent que les « travailleurs atypiques » sont de plus en plus nombreux et ils constituent aujourd’hui une part importante des actifs. Ils ont souvent des conditions de travail plus difficiles que les autres travailleurs. C’est pourquoi il est particulièrement intéressant de connaître leurs spécificités afin d’améliorer la santé et la sécurité au travail de ces personnes.