Articles récents

BELGIQUE : face à l'augmentation du burn-out, les entreprises se mobilisent

  • Imprimer

11/03/15Imprimer

Partager Partager sur FacebookPartager sur Google PlusPartager sur TwitterPartager sur LinkedIn
stress2Une étude de Securex, fournisseur de services RH, révèle que près de la moitié des grandes entreprises et un quart des PME mènent une politique de prévention du burn-out. Il faut dire que le soutien des travailleurs victimes de stress et de burn-out entre dans le cadre de la nouvelle législation sur la prévention des risques psychosociaux au travail, entrée en vigueur le 1er septembre 2014. Et plus de 95% des employeurs participant à l’enquête reconnaissent avoir une responsabilité dans la problématique du burn-out.

En Belgique, près de 64 % des travailleurs ressentent du stress au travail, soit une augmentation de 18,5 % par rapport à 2010. Dans le pire des cas, ce stress débouche sur le surmenage, voire le burn-out. Les travailleurs victimes de burn-out, et donc de stress structurel, sont épuisés et adoptent généralement une attitude négative envers leurs collègues et clients, par exemple. 

Selon Securex, près de 1 travailleur sur 10 dit souffrir de burn-out (9,2%). Les personnes peu qualifiées sont plus touchées, 31% contre 24% pour les personnes très qualifiées. Cela peut s'expliquer par le niveau d'autonomie dans leur fonction. Les travailleurs interrogés ressentent une hausse significative ces trois dernières années (+8 %) de la pression au travail. En outre, l'enquête révèle des déplacements domicile-lieu de travail plus contraignants (+8 %) et une charge de travail physique plus importante (+7 %). Cette dernière constatation peut sans doute s’expliquer par l’augmentation de l’âge moyen des travailleurs.

Par ailleurs, ces 5 dernières années, ce sont surtout les entreprises de plus de 500 travailleurs (83 %) qui ont connu une hausse du nombre de burn-out, contre 52 % des petites entreprises. Pour près de 8 employeurs sur 10 (77%), cela est lié à une augmentation de la pression du travail et pour près d'un sur deux, à la joignabilité quasi permanente instaurée par les moyens de communication modernes.

Sachant qu'en moyenne, un travailleur souffrant de burn-out est absent pendant 96 jours, soit près de 5 mois, il est important de prendre des mesures de prévention. Les entreprises plaident pour un travail sur mesure, adapté aux compétences et à l’intérêt du travailleur.

Lire le communiqué de presse