ROYAUME-UNI : mise en garde syndicale sur les risques pour la santé liés à des journées de travail trop longues

25/11/15Imprimer

Partager Partager sur FacebookPartager sur Google PlusPartager sur TwitterPartager sur LinkedIn

Alors qu'il était en baisse depuis 1998, le nombre de travailleurs effectuant plus de 48 heures par semaine a augmenté de 15% depuis 2010, selon la Confédération des syndicats britanniques TUC. Pour celle-ci "les règles actuelles risquent de contribuer à l'épuisement de la Grande-Bretagne".

Aujourd'hui, près de 3,5 millions de personnes travaillent plus de 48 heures par semaine, contre moins de 3 millions en 2010. Or, le fait de travailler régulièrement à ce rythme accroît de manière significative le risque de développer maladie cardiaque ou mentale, stress, attaque ou diabète. Les hommes sont particulièrement concernés par ces horaires de travail, mais l'augmentation de personnes concernées depuis 2010 est plus forte chez les femmes (+ 18%).

Le TUC demande au gouvernement de revoir la transposition en droit britannique de la directive européenne sur le temps de travail et notamment la clause dite de l’opt-out. Cette clause, demandée par les Britanniques lors de l’élaboration de la directive, permet à un employeur de faire travailler un salarié au-delà des 48 heures hebdomadaires autorisées, si celui-ci l'accepte individuellement.

En savoir plus (en anglais)