FRANCE : un groupe de travail créé sur la robotique collaborative et les enjeux sécuritaires

23/01/17Imprimer

Partager Partager sur FacebookPartager sur Google PlusPartager sur TwitterPartager sur LinkedIn
La robotique collaborative se caractérise par l'interaction, dans un même espace de travail, entre un opérateur humain et un ensemble robotisé automatisé. Son développement pose de nombreux défis technologiques pour garantir la sécurité des personnes travaillant à proximité.

La France, au même titre que d'autres pays, s’interroge sur l’intégration des robots-collaboratifs et la gestion des risques (écrasement, choc, RPS) pour ces personnes. Dans ce cadre, le ministère du Travail a créé un groupe de travail qui rassemble des organismes de contrôle, l’INRS, EUROGIP, des organisations professionnelles (FIM, SYMOP, COPREC), des représentants de la profession (fabricants et intégrateurs), des utilisateurs, ainsi qu’un centre technique (CETIM). En effet, les enjeux concernent aussi bien les industriels utilisateurs que les organismes chargés d’intégrer ces systèmes robots ; ils se voient confronter à des problématiques qui leur étaient jusqu’alors inconnues, et nécessitant la maîtrise de technologies très élaborées de détection des personnes.

Le groupe de travail a pour mission de rédiger un document qui doit rappeler les obligations règlementaires qui incombent à chacun des opérateurs économiques impliqués. Une proposition de démarche d’intégration afin d’aider à définir les meilleures solutions à adopter en fonction de l’analyse de risque fait également l’objet de discussions.

Les résultats de ces travaux seront très certainement utilisés comme base de révision de certaines normes. A noter en outre la publication en février 2016 de la norme ISO/TS 15066 - Robots et dispositifs robotique - robots coopératifs et des travaux de rédaction en cours de la norme ISO 21260 - Sécurité des machines - Données de sécurité mécanique pour les contacts physiques entre les machines mobiles et les personnes.