Articles récents

DANEMARK : une indemnisation record en 2017

Le montant total de l'indemnisation des sinistres professionnels (perte de capacité de travail et rentes) pour plus de 530 millions d'euros en 2017 est un nouveau record pour une seule année. La moitié était destinée à liquider d'anciens dossiers.

En effet, grâce à des efforts particuliers, l'assureur AES a pu rattraper le retard pris sur des cas survenus en 2014 et 2015, notamment les incapacités les plus lourdes sur lesquelles il n'avait pu statuer, et indemniser les victimes en 2017.

Le rapport annuel 2017 dévoile en outre les chiffres suivants :

  • Le taux de reconnaissance des accidents a augmenté en 2017 pour atteindre près de 60%, après avoir été d'environ 50% en 2015 et 2016.
  • En 2017, un peu moins de 18 000 cas d'accidents du travail ont été déclarés, soit le niveau le plus bas depuis que AES publie des statistiques.
  • Environ 18 000 maladies professionnelles ont été signalées, soit le niveau le plus bas depuis 2009.
  • Le nombre de maladies psychiques déclarées a également diminué pour la 2e année consécutive, passant de plus de 5 500 en 2015 à environ 4 200 en 2017.

En savoir plus

ITALIE : construisons la sécurité en respectant les règles

Une initiative conçue par le bureau régional de formation de l'INAIL en Campanie (Naples) vise à sensibiliser les étudiants sur l'importance d'acquérir une culture de la sécurité qu'ils peuvent promouvoir non seulement au travail mais aussi dans la vie de tous les jours. 

Le cursus de 200 heures sur 3 ans a débuté l'année dernière avec des visites d'entreprises et d'administrations publiques vertueuses en matière de santé et de sécurité et de respect de l'environnement. Les thèmes abordés ont ensuite été approfondis en classe. 

Cette année, une vidéo a été créée pour lancer un blog qui permet de partager les expériences, de faire des suggestions et de signaler tout comportement dangereux. Les étudiants y racontent le chemin parcouru, comment ils ont modifié leur comportement.

"Nous percevons les règles telles que le port du casque en moto ou de la ceinture en voiture comme des contraintes, des obligations que nous n'appliquons que parce que nous avons peur de rencontrer des gendarmes ou des patrouilles de police. Grâce à I'lnail qui nous a guidés sur cette voie, nous avons appris que la sécurité et la prévention commencent avec nous et par un changement de mentalité".

En savoir plus

ESPAGNE : des vidéos sur la gestion des risques psychosociaux

L'INSHT a lancé une collection de 5 vidéos de sensibilisation à la gestion préventive des risques psychosociaux, qui sont représentatives de plusieurs secteurs d'activité, tailles d'entreprises et types d'actions de prévention déployées.

Dans ces vidéos, les personnes impliquées décrivent à la première personne les actions concrètes mises en œuvre et traitent des cas suivants : intégration de la santé-sécurité dans une micro-entreprise, évaluation des risques dans une grande entreprise, harcèlement psychologique dans une administration publique, mode d'action dans une PME de l'industrie. Dans la 5e vidéo, quatre experts SST (entreprise, inspection du travail, consultants techniques et représentants SST) discutent de certaines difficultés rencontrées habituellement dans la pratique pour prévenir les risques psychosociaux.

En savoir plus

FRANCE : les situations et les secteurs les plus touchés par les cancers professionnels

L’Anses a présenté pour la première fois début juin un état des lieux complet sur les cancers liés à des situations d’exposition professionnelle afin de repérer les secteurs d’activité et les situations les plus à risque, dans un objectif de prévention.

Les résultats présentés montrent que l’amiante est incriminé dans 42% des cas de cancers d’origine professionnelle étudiés, loin devant les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) incriminés dans 6,5% des cas.

Ces cancers d’origine professionnelle adviennent majoritairement dans les secteurs d’activité des travaux de construction spécialisés (16,2%), de la métallurgie (6,1%), et du commerce et réparation d’automobiles et de motocycles (5,2%). Ces cancers touchent majoritairement des personnes qui exercent les métiers qualifiés de la métallurgie, de la construction mécanique et assimilés (22,9%), des métiers qualifiés du bâtiment et assimilés (22,1%) et les conducteurs de machines et d’installations fixes (7,3%).

En savoir plus

IRLANDE : sensibiliser les élèves à la sécurité avec "Keep Safe"

Mi mai, plus de 100 écoliers ont assisté à un événement "Keep Safe" organisé par la Health and Safety Authority (HSA). Ce spectacle itinérant vise à promouvoir la sécurité et la sensibilisation des enfants en les impliquant dans une série de scénarios interactifs sur un thème de sécurité fort. 

Sur une journée, les enfants peuvent apprendre la sécurité dans différents contextes - routier, nautique ou incendie - prendre conscience de leur propre sécurité et de la sécurité à la maison, apprendre à réagir à des situations dangereuses ou apprendre à reconnaître les dangers et à gérer les risques.

"Keep safe" sillonne ainsi le pays. Une centaine d'écoliers avaient déjà été sensibilisés le mois dernier.

En savoir plus

ITALIE : l'INAIL soutient financièrement les PME du bois et de la céramique

Dans le cadre de l'appel à projets ISI 2017, d'un montant total de 10 millions d'euros, l'INAIL souhaite soutenir les micro et petites entreprises opérant dans des secteurs d'activité spécifiques dans leurs projets pour améliorer la santé et la sécurité sur le lieu de travail. La 8e édition - le projet a été lancé en 2010 - vise à soutenir en particulier les entreprises du bois et de la céramique.

Les subventions de l'INAIL, non remboursables, peuvent atteindre 50 000€ par projet. Les entreprises doivent effectuer leur demande en ligne. L'outil permet également d'effectuer des simulations relatives au projet et ainsi vérifier que le seuil d'éligibilité a été atteint. Les éléments pris en compte, pour l'attribution de la note globale, concernent à la fois les caractéristiques de l'entreprise et les particularités du projet. Les paramètres retenus incluent le nombre d'employés, le code d'activité de l'entreprise, le type d'intervention et l'implication des partenaires sociaux.

La procédure de financement s'accompagne d'une campagne visant à transmettre le message qu'investir dans la prévention n'est pas seulement un coût mais une valeur.

En savoir plus

Campagne d'information

BELGIQUE : apprendre aux jeunes à manipuler des produits chimiques en toute sécurité

En mai, les autorités fédérales se rendront dans plusieurs écoles belges à bord d’un camion entièrement aménagé, le "Federal Truck". Leur but est d'apprendre aux étudiants de l’enseignement technique et professionnel (construction, métiers du bois, coiffure, agriculture, horticulture, mécanique automobile, etc.) comment utiliser en toute sécurité des produits chimiques dangereux et éviter les accidents pendant leurs stages ou sur leur futur lieu de travail. 

Grâce à des outils ludiques et pédagogiques tels que des affiches, des vidéos, des brochures, un quizz ou un learning game, les élèves pourront apprendre à associer les nouveaux pictogrammes aux dangers chimiques, utiliser les produits de façon plus sûre, travailler en toute sécurité, utiliser "la fiche de données de sécurité". Ils pourront en prime faire une photo pour se souvenir de leur journée d’apprentissage.

En savoir plus

BELGIQUE : projet pilote d'accompagnement des travailleurs concernés par un burn-out

En novembre 2018, Fedris démarrera un projet pilote pour accompagner les travailleurs menacés ou atteints à un stade précoce par un burn-out suite à un risque psychosocial en relation avec le travail. Le projet doit durer 3 ans et inclura 300 à 1000 personnes prises en charge.

Le public cible est constitué des travailleurs des secteurs des services financiers (hors assurance et caisse de retraite) et des activités hospitalières ou de l’hébergement médical sous statut privé ou APL (administrations provinciales et locales) qui sont en souffrance au travail, qui multiplient de courts arrêts de travail ou sont en arrêt de travail depuis moins de 2 mois. Le "trajet d'accompagnement" comprendra un ensemble de mesures centrées sur la personne et sur le milieu de travail. Il s’étalera sur une période de 9 mois maximum. L'objectif est de permettre le maintien au travail ou la reprise rapide des travailleurs.

En savoir plus

AUTRICHE : le taux de fréquence des accidents a une nouvelle fois atteint son plus bas niveau

En 2017, l’AUVA a enregistré 159 866 sinistres, dont 104 161 accidents du travail et 54 510 accidents scolaires, et reconnu 1 195 maladies d’origine professionnelle. Le taux de fréquence des accidents pour 1000 salariés a diminué pour s'établir à 24,27, son plus bas niveau jamais atteint. L’organisme a assuré 5 021 593 personnes (+ 1,7%) et 320 983 employeurs (+ 0,3%). 

Alors que la population active a augmenté, le nombre de jours d’arrêt suite aux accidents du travail (accidents de trajet exceptés) a diminué l’an dernier (- 10 254 jours). Bien que le secteur de la construction ait enregistré près de 4400 travailleurs de plus qu’en 2016, le nombre d’accidents du travail (accidents de trajet exceptés) a légèrement reculé. Pourtant, ce secteur est toujours le plus à risque si on le compare aux autres. 

Concernant les causes, dans 34 000 cas, l’accident a été provoqué par la perte de contrôle d’une machine, d’un outil, d’un véhicule ou d’un animal. Viennent ensuite les chutes, avec 18 292 cas, suivies par les blessures externes qui ont représenté 17 161 cas et qui ont été causées par des mouvements non coordonnés, des chocs ou des objets tranchants.

Le nombre de maladies professionnelles (1195 cas) n’a que peu augmenté par rapport à 2016 (1182 cas), compte tenu de la croissance de l’emploi. Les maladies les plus fréquentes ont été la surdité liée au bruit (642 cas), les maladies de peau (148 cas), les maladies du poumon, du larynx et de la plèvre liées à l’amiante (104 cas) et les maladies respiratoires (84 cas).

En savoir plus 

ALLEMAGNE : l’assurance accident publie les chiffres provisoires pour 2017

Le nombre des accidents du travail soumis à déclaration a diminué de 0,4% en 2017 pour s’établir à 873 562, selon les données provisoires publiées par la DGUV, qui regroupe les BG et les caisses d’assurance accident du secteur public. En revanche, les accidents de trajet soumis à déclaration ont connu une hausse de 2,2% (190 095 en 2017). Le nombre des nouvelles rentes, qui correspondent aux accidents graves, a été de 18 244, soit 604 de moins qu’en 2016, et a atteint une nouvelle fois un niveau historiquement bas.

En 2017, il y a eu 454 accidents du travail mortels, soit 30 de plus que l’année précédente. Dans certains secteurs, comme l’industrie chimique ou les transports, le nombre de victimes a diminué alors que dans d’autres, il a augmenté. Il y a eu 282 accidents de trajet mortels, soit 29 de moins qu’en 2016.

Pour Joachim Breuer, le directeur de la DGUV, "les chiffres, aussi encourageants soient-ils, montrent que nous sommes encore très loin de la Vision Zéro, c’est-à-dire d’un monde sans accidents du travail ni maladies professionnelles." C’est pourquoi la nouvelle campagne de prévention Kommmitmensch fait la promotion d’une culture de prévention dans les entreprises et les organisations. Le but est la prise en compte de la santé et de la sécurité dans toutes les actions et décisions.

En savoir plus