Actu Communautaire|23/11/15

Cancers professionnels : un expert met l’UE devant ses responsabilités

Accueil > L’actualité d’EUROGIP et des risques professionnels en Europe > Cancers professionnels : un expert met l’UE devant ses responsabilités

Cancer radio docteur« Nous pouvons et nous devons avoir un objectif plus ambitieux : éliminer les cancers professionnels », dit Jukka Takala, expert en santé au travail et ancien directeur de l’EU-OSHA, dans un rapport publié par l’ETUI début octobre. Il invite l’Union européenne à jouer un rôle moteur dans la lutte mondiale contre l' »épidémie de cancer ».

M. Takala estime que les cancers professionnels provoquent chaque année 102 500 décès dans l’UE, soit vingt fois plus que les accidents du travail. Près de 47 000 décès par an dans l’UE seraient liés à l’amiante. D’autres cancérogènes moins connus comme les huiles minérales, les rayonnements solaires, la silice, les gaz d’échappement des moteurs diesel, etc. provoquent également un nombre important de cancers. L’organisation du travail est également mise en cause : le travail posté augmente le risque de cancer, notamment du sein.

En tant que très important producteur de produits chimiques, l’UE se doit de jouer un rôle clé dans la prévention des cancers professionnels, estime Jukka Takala. Et de rappeler que l’Europe dispose avec le règlement REACH d’un outil permettant de faire des progrès sur ce terrain, sans compter l’importante législation européenne consacrée spécifiquement à la protection des travailleurs contre les cancérogènes. Cette législation devrait être renforcée, notamment en adoptant des valeurs limites d’exposition professionnelle obligatoires pour un plus grand nombre de cancérogènes, recommande-t-il.

Télécharger le rapport « Eliminating occupational cancer in Europe and globally » 

Découvrez d’autres actualités

Actu Communautaire

21/05/24

Déclaration sur l’avenir du socle européen des droits sociaux

Lors de la conférence de haut niveau mi-avril à La Hulpe, le Parlement européen, la Commission européenne, la Belgique au nom des 25 États membres de l'UE, le Comité économique et social européen, ETUC, SGI Europe, SME United et Social Platform ont signé une déclaration sur l'avenir du Socle européen des droits sociaux.