Actu Communautaire|05/09/14

Ce que l’on retiendra du 20e Congrès mondial sur la SST

Accueil > L’actualité d’EUROGIP et des risques professionnels en Europe > Ce que l’on retiendra du 20e Congrès mondial sur la SST

Le 20e Congrès mondial sur la sécurité et la santé au travail (SST) vient de s’achever. Il s’est tenu à Francfort (Allemagne) du 24 au 27 août et a rassemblé près de 4000 participants de 143 pays. Co-organisé par la DGUV, l’OIT et l’AISS, il visait à “partager une vision pour une prévention durable”. Les trois grands thèmes du congrès étaient : culture et stratégies de prévention ; défis de la santé au travail ; diversité dans le monde du travail.

Ce congrès triennal reflète les principales questions qui se posent partout dans le monde sur la SST. Outre les symposiums sur des sujets ou des risques spécifiques, on retiendra qu’en 2014 les thèmes suivants étaient récurrents :

  • la santé – plutôt que la sécurité – au travail,
  • l’impact des maladies chroniques,
  • l’individu dans son entièreté et pas seulement au travail,
  • l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle,
  • le bien-être,
  • le lien entre SST et productivité, compétitivité et réputation des entreprises. 

Aujourd’hui, l’attention portée à la santé publique, de plus en plus accrue, inclut clairement la santé au travail. Selon l’OIT, “de plus en plus de parties prenantes – gouvernements, employeurs, travailleurs et autres acteurs – acceptent que la charge liée aux accidents du travail et problèmes de santé est bien plus importante qu’on ne le pensait auparavant”. D’où la nécessité de donner la priorité à la prévention pour le bénéfice de tous.

Pour en savoir plus : « Safety and Health at Work:A Vision for Sustainable Prevention » publié par l’OIT.

Le 21e Congrès mondial sur la SST se tiendra à Singapour en 2017.

Découvrez d’autres actualités

Actu Communautaire

21/05/24

Déclaration sur l’avenir du socle européen des droits sociaux

Lors de la conférence de haut niveau mi-avril à La Hulpe, le Parlement européen, la Commission européenne, la Belgique au nom des 25 États membres de l'UE, le Comité économique et social européen, ETUC, SGI Europe, SME United et Social Platform ont signé une déclaration sur l'avenir du Socle européen des droits sociaux.