Actu Pays|25/03/24

DANEMARK : un outil pour créer un bon environnement de travail

Accueil > L’actualité d’EUROGIP et des risques professionnels en Europe > DANEMARK : un outil pour créer un bon environnement de travail

L’évaluation de l’environnement de travail est une obligation légale annuelle pour toutes les entreprises employant des salariés. Différents outils sont disponibles, parmi lesquels celui en ligne développé en 2019 par les experts de l’Autorité danoise de l’environnement de travail (Arbejdstilsynet) : l’APV (arbejdspladsvurdering).

Le processus d’évaluation écrite se déroule en quatre étapes :

  1. Sélectionner l’industrie et la liste de contrôle APV parmi les 61 disponibles.
  2. Impliquer les salariés : c’est une obligation, mais l’entreprise décide de la manière de le faire (par exemple via un questionnaire).
  3. Évaluer les problèmes en fonction de la liste de contrôle proposée et décider s’ils doivent être inclus dans le plan d’action ou non.
  4. Finaliser le plan d’action qui doit indiquer clairement comment et quand résoudre les problèmes, et qui est responsable de la mise en œuvre des mesures.

L’Autorité cite le cas de l’entreprise Airmaster A/S du Jutland du Nord, qui développe des systèmes de ventilation, pour laquelle l’évaluation des risques réalisée 1 à 2 fois par an s’inscrit parfaitement dans sa stratégie commerciale, laquelle stipule qu’elle doit être l’un des meilleurs lieux de travail au Danemark.

L’évaluation des risques dans les pays de l’UE découle de la directive-cadre de 1989 et constitue, comme en France par exemple, une étape cruciale de la démarche de prévention. Au niveau européen, les outils sectoriels OiRA sont des aides en particulier pour les TPE dans divers secteurs.

En savoir plus

Découvrez d’autres actualités

Actu Pays

19/03/24

FRANCE : le fonds pour la prévention de l’usure professionnelle est opérationnel

À compter du 18 mars 2024, le FIPU ou Fonds d’investissement dans la prévention de l’usure professionnelle est opérationnel. Doté de 200 millions d'euros pour 2024, il servira à aider les entreprises concernées à protéger la santé des travailleurs exposés à trois facteurs de risques ergonomiques : les manutentions manuelles de charges, les postures pénibles et les vibrations mécaniques.