Actu Normalisation|15/02/17

Engins de terrassement : la norme EN ISO 5006 révisée pour une meilleure visibilité des conducteurs

Accueil > L’actualité d’EUROGIP et des risques professionnels en Europe > Engins de terrassement : la norme EN ISO 5006 révisée pour une meilleure visibilité des conducteurs

La dernière étape du processus de révision de la norme EN ISO 5006 « Engins de terrassement-Visibilité du conducteur-Méthode d’essai et critères de performance » s’achève.

Cette révision a été demandée par le groupe de coordination des autorités européennes de surveillance du marché (ADCO) alarmé par le nombre important d’accidents graves liés aux engins de terrassement. Dans une note sur la visibilité et la prévention des collisions engins-piétons, l’INRS révèle que pas moins de 200 accidents par écrasement, dont plus de la moitié mortels, ont été recensés ces dix dernières années.

L’objectif de la révision était surtout d’actualiser la norme selon l’état de la technique sur les points suivants :

  • une visibilité directe toujours privilégiée,
  • l’amélioration de la visibilité dans la zone de proximité directe de l’engin,
  • des dispositifs d’aide visuelle, tels que les systèmes caméra-moniteur ou les rétroviseurs, placés dans le sens de la marche avant,
  • des dispositifs qui ne doivent pas risquer d’être masqués par des éléments mobiles de l’engin tel qu’un bras articulé,
  • des systèmes comportant des miroirs se réfléchissant mutuellement ne sont plus autorisés.

Toujours selon l’INRS, ces améliorations, telles que la combinaison de trois caméras qui ferait passer le taux d’angles morts des engins de terrassement de 80% à 27%, devraient permettre d’éviter ou de réduire la gravité d’un nombre important d’accidents.

Dès sa publication, cette norme deviendra la référence nationale, européenne et internationale quant à la visibilité des engins de terrassement.

Découvrez d’autres actualités

Actu Communautaire

21/05/24

Déclaration sur l’avenir du socle européen des droits sociaux

Lors de la conférence de haut niveau mi-avril à La Hulpe, le Parlement européen, la Commission européenne, la Belgique au nom des 25 États membres de l'UE, le Comité économique et social européen, ETUC, SGI Europe, SME United et Social Platform ont signé une déclaration sur l'avenir du Socle européen des droits sociaux.