Actu Communautaire|15/01/15

Le Comité économique et social européen se prononce sur le cadre stratégique de l’UE en SST pour 2014-2020

Accueil > L’actualité d’EUROGIP et des risques professionnels en Europe > Le Comité économique et social européen se prononce sur le cadre stratégique de l’UE en SST pour 2014-2020

En session plénière le 11 décembre 2014, le Comité économique et social européen (CESE) a adopté un avis sur le cadre stratégique de l’Union européenne en matière de santé et de sécurité au travail (SST) pour la période 2014-2020. Il fait suite à la consultation de la Commission européenne, conformément au Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, sur sa Communication du 6 juin 2014.

Ainsi, parmi les points clés de son avis, le CESE :

  • Se réjouit de l’intention déclarée de la Commission de se concentrer sur la prévention, la simplification des règles – sans remettre en cause les niveaux de protection existants – et le respect de ces règles. La stratégie doit garantir l’équilibre entre un niveau élevé de protection et les charges administratives des entreprises.
  • Se félicite de voir le grand intérêt que porte la Commission aux PME, des avis, des informations et des orientations qu’elle leur donne par le biais des TIC et du renforcement de la coordination entre les services publics dans le soutien aux PME.
  • Considère comme indispensable que les inspecteurs du travail soient plus et mieux formés: dans près de la moitié des États membres, le seuil minimum recommandé par l’OIT (soit 1 inspecteur pour 10.000 travailleurs) n’est pas atteint.
  • Recommande à la Commission d’adopter des mesures permettant aux jeunes en général, aux jeunes récemment licenciés, aux stagiaires et aux apprentis de recevoir des informations ainsi que des formations à la fois appropriées et pratiques.
  • Invite les entreprises et les États membres à investir davantage dans la prévention et à garantir la participation des travailleurs.
  • Invite la Commission à publier de toute urgence les rapports et les analyses statistiques de la liste des maladies professionnelles, y compris les accidents survenus pendant les heures de travail. Il estime qu’il y a lieu de renforcer et de diffuser largement les travaux des agences spécialisées, ainsi que de diffuser les bonnes pratiques pour contribuer à renforcer une culture de la prévention. Il estime de même nécessaire d’approfondir l’étude des nouveaux risques et de préparer des mesures (de nature législative ou autre) adaptées aux résultats des recherches entreprises.
  • Invite la Commission à intensifier les discussions et les consultations avec les partenaires sociaux et à développer des actions concertées, cette approche étant fondamentale pour la mise en œuvre efficace de la stratégie.
  • Critique le fait que la Commission ne définisse aucun objectif quantifié au niveau européen pour les accidents du travail et les maladies professionnelles, et recommande aux États membres d’intégrer cette quantification dans le cadre de leurs stratégies nationales.

Télécharger l’avis du CESE

Consulter la note d’EUROGIP sur le cadre stratégique 2014-2020

 

Découvrez d’autres actualités

Actu Communautaire

29/09/23

Travail à domicile et SST avec un nouvel outil OiRA

Le télétravail s'est fortement développé depuis la pandémie de COVID-19, transformant la manière dont les entreprises fonctionnent et les employés travaillent. Pour autant, la question de la sécurité et la santé au travail (SST) reste fondamentale. Un nouvel outil interactif d'évaluation des risques en ligne (OiRA) offre une solution pratique aux employeurs et aux télétravailleurs en les aidant à créer des espaces de travail à domicile plus sûrs et plus sains.

Actu Pays

26/09/23

SUÈDE : AT graves et arrêts maladie de longue durée dans l’industrie agroalimentaire

Les travailleurs de l'industrie alimentaire - environ 22 000 personnes en 2021 - courent un risque plus élevé d'accidents du travail (AT) graves que les autres groupes professionnels. Le risque moyen pour les années 2017-2021 était de 9,7 accidents du travail graves pour 1 000 salariés. Il était de 15,5 pour les bouchers, 8,9 pour les opérateurs de machines, qui ont connu les accidents du travail les plus graves, et de 5,3 pour les boulangers-pâtissiers.

Actu Pays

22/09/23

FINLANDE : le nombre d’accidents du travail a augmenté en 2021

En 2021, plus de 91 159 accidents du travail se sont produits en Finlande, soit environ 4 500 de plus qu'en 2020. Comme l'année précédente, ce sont les travailleurs de la construction (10 787), des services de soins et de santé (9 367) ainsi que des ateliers d'usinage et de fonderie (7 162) qui ont été les plus concernés.