Actu Communautaire|14/04/16

Les facteurs de réussite d’une stratégie « Vision zéro accident »

Accueil > L’actualité d’EUROGIP et des risques professionnels en Europe > Les facteurs de réussite d’une stratégie « Vision zéro accident »

Les Instituts de recherche1 de sept pays européens – Allemagne, Belgique, Danemark, Finlande, Grande-Bretagne, Pays-Bas et Pologne – ont participé à une étude sur les facteurs de réussite d’une stratégie « Zero accident vision« . L’étude s’appuie sur 8819 témoignages de travailleurs et dirigeants de 27 entreprises de secteurs et de taille variés qui toutes ont basé leur politique de prévention sur une telle stratégie.

L’idée centrale de la « vision zéro accident » est que tous les accidents peuvent être évités. Pour y parvenir, l’enquête montre clairement la nécessité d’un engagement et d’une implication élevés des dirigeants comme des travailleurs, ainsi que d’une stratégie axée sur l’engagement plutôt que sur le contrôle. La sécurité devient alors une « valeur de l’organisation mais aussi de chaque individu ».

Il est intéressant de noter les différences entre la gestion traditionnelle des risques et une stratégie « zero accident vision » :

  • au lieu de « prévenir les accidents », il s’agit de « créer la sécurité » ;
  • la sécurité passe d’un « défi opérationnel » à un « défi stratégique » ;
  • le respect des règles et le « nous devons » devient « implication » et « nous voulons » ;
  • au lieu d’être « des échecs », les incidents « donnent des opportunités d’apprendre », etc. 

Une stratégie « Zero Accident Vision » est donc tout un état d’esprit et une manière d’agir, qui comme l’a démontré l’étude, « s’accorde bien avec des pratiques de management innovantes axées sur la création d’une motivation intrinsèque visant l’amélioration des performances de l’entreprise ».

1. CIOP, FIOH, HSL, IFA, NRCWE, Prevent, TNO

Lire le rapport d’étude (en anglais)

Découvrez d’autres actualités

Actu Communautaire

21/05/24

Déclaration sur l’avenir du socle européen des droits sociaux

Lors de la conférence de haut niveau mi-avril à La Hulpe, le Parlement européen, la Commission européenne, la Belgique au nom des 25 États membres de l'UE, le Comité économique et social européen, ETUC, SGI Europe, SME United et Social Platform ont signé une déclaration sur l'avenir du Socle européen des droits sociaux.