Actu Communautaire|04/07/22

Les priorités sociales 2022 de la Tchéquie pour l’UE

Accueil > L’actualité d’EUROGIP et des risques professionnels en Europe > Les priorités sociales 2022 de la Tchéquie pour l’UE

Le 1er juillet, la République tchèque a succédé à la France à la présidence du Conseil de l’UE. Dans ce cadre, elle entend se consacrer notamment à la gestion de la crise des réfugiés ukrainiens, à la sécurité énergétique de l’UE et au renforcement de la résilience des institutions démocratiques.

Dans le domaine social en particulier, l’une de ses priorités est de “parvenir à une approche générale du Conseil sur la directive relative aux conditions de travail des travailleurs sur les plateformes en ligne”. Il s’agit aussi de progresser dans la négociation de la directive sur la protection des travailleurs exposés à l’amiante au travail et de relancer le projet de révision des règlements de coordination de sécurité sociale.

La France et la République tchèque, avec la Suède qui prendra la relève au 1er janvier 2023, font partie d’un trio présidentiel à la tête du Conseil de l’UE. En effet, pour palier à une présidence de six mois qui constitue un délai court pour faire avancer ses priorités, chaque pays collabore avec deux autres, qui le précèdent ou le suivent dans cet exercice. Les trois Etats fixent ainsi des objectifs à 18 mois. Ce système de trio d’abord informel s’est installé au fur à mesure des élargissements de l’UE. Le traité de Lisbonne, entré en vigueur le 1er décembre 2009, l’a définitivement institutionnalisé.

La France, la République tchèque et la Suède ont ainsi pu fixer un Programme d’actions à mener de janvier 2022 à juin 2023. À noter que ces trois pays avaient déjà coopéré du 1er juillet 2008 au 31 décembre 2009.

En savoir plus

Découvrez d’autres actualités

Actu Communautaire

14/05/24

Télétravail et droit à la déconnexion : la Commission lance la 1ère phase de consultation des partenaires sociaux

La résolution du Parlement européen du 21 janvier 2021 sur le droit à la déconnexion (2019/2181(INL)) appelait à une action législative sur le droit à la déconnexion et au télétravail au niveau de l'UE. Dans sa réponse, la Commission a confirmé son intention de présenter une proposition d'acte législatif, dans le plein respect des principes de proportionnalité, de subsidiarité et d'amélioration de la législation.

Actu Communautaire

07/05/24

Contexte et tendances sociales, économiques et juridiques du télétravail

En janvier 2021, le Parlement européen a adopté une résolution qui appelait la Commission à présenter une proposition législative sur le droit à la déconnexion, ainsi qu'un cadre législatif européen pour le télétravail. Dans ce cadre, la Commission européenne a commandé une étude qui “vise à fournir des preuves et une analyse du contexte social, économique et juridique et des tendances du télétravail et du droit à la déconnexion” dont les résultats ont été publiés récemment.