Actu Communautaire|30/05/22

“PARC”, nouveau partenariat européen pour mieux évaluer les risques chimiques

Accueil > L’actualité d’EUROGIP et des risques professionnels en Europe > “PARC”, nouveau partenariat européen pour mieux évaluer les risques chimiques

Il regroupe près de 200 partenaires de 28 pays et trois agences de l’UE (pour l’environnement – EEA, des produits chimiques – ECHA et de sécurité des aliments – EFSA) : le partenariat européen lancé le 1er mai vise à diminuer les expositions aux substances chimiques dangereuses et leur impact sur la santé et l’environnement.

Le Partenariat européen pour l’évaluation des risques liés aux substances chimiques (PARC, pour Partnership for the Assessment of Risks from Chemicals) est coordonné par l’Anses. Il est financé par le programme-cadre “Horizon Europe” de la Commission européenne et par les partenaires du projet. Il doit durer 7 ans et s’achèvera au printemps 2029.

L’objectif est de produire de nouvelles données aisément accessibles et exploitables, ainsi que de nouvelles méthodes et outils d’évaluation. PARC permettra notamment de développer des outils pour identifier de nouvelles substances moins dangereuses et conformes aux approches de développement durable.

En savoir plus

 

Découvrez d’autres actualités

Non classifié(e)

26/09/23

SUÈDE : AT graves et arrêts maladie de longue durée dans l’industrie agroalimentaire

Les travailleurs de l'industrie alimentaire - environ 22 000 personnes en 2021 - courent un risque plus élevé d'accidents du travail (AT) graves que les autres groupes professionnels. Le risque moyen pour les années 2017-2021 était de 9,7 accidents du travail graves pour 1 000 salariés. Il était de 15,5 pour les bouchers, 8,9 pour les opérateurs de machines, qui ont connu les accidents du travail les plus graves, et de 5,3 pour les boulangers-pâtissiers.

Actu Pays

22/09/23

FINLANDE : le nombre d’accidents du travail a augmenté en 2021

En 2021, plus de 91 159 accidents du travail se sont produits en Finlande, soit environ 4 500 de plus qu'en 2020. Comme l'année précédente, ce sont les travailleurs de la construction (10 787), les travailleurs des services de soins et de santé (9 367) et les travailleurs des ateliers d'usinage et de fonderie (7 162) qui ont été les plus concernés.