Actu Pays|26/11/20

SUÈDE : résultats de l’enquête 2019 sur l’environnement de travail

Accueil > L’actualité d’EUROGIP et des risques professionnels en Europe > SUÈDE : résultats de l’enquête 2019 sur l’environnement de travail

Six employés sur dix disent avoir une charge de travail beaucoup trop importante. C’est ce que révèle notamment le rapport d’enquête 2019 sur la manière dont les employés vivent leur environnement de travail. L’Autorité en la matière (Arbetsmiljö verket) a réalisé 7000 entretiens téléphoniques entre l’automne 2019 et le printemps 2020 dans le cadre de ses enquêtes bisannuelles.

L’Autorité suédoise souligne notamment les données suivantes :

  • 64% des répondants estiment avoir une charge de travail trop élevée et beaucoup trop à faire.
  • 23% estiment avoir des emplois sous pression, avec des exigences élevées et peu d’autonomie dans leur travail.
  • 19% déclarent avoir été exposés à la pollution de l’air pendant au moins un quart du temps de travail.
  • 72% pensent avoir un travail intéressant et stimulant.
  • 13% déclarent avoir été exposés à la violence ou à des menaces de violence au travail au moins une fois au cours de l’année écoulée.
  • 11% des femmes et 2% des hommes déclarent avoir été victimes de harcèlement sexuel au travail au cours de l’année écoulée. Une jeune femme sur quatre a été touchée.

Selon Erna Zelmin-Ekenhem, directrice générale de l’Autorité suédoise pour l’environnement de travail, “Les problèmes de stress et du manque d’autonomie ne sont pas nouveaux. Mais ils s’intensifient avec la pandémie”. Un employé sur trois des secteurs de la santé, des soins et de l’éducation – à prédominance féminine – dit exercer un travail éprouvant sur le plan psychologique. Il est confronté au fait de ne pouvoir penser à autre chose qu’au travail, de ne pas avoir le temps de déjeuner et de ne pouvoir influencer l’organisation du travail et le moment où il doit être exécuté. Autant de facteurs de stress connus qui peuvent entraîner des troubles psychosociaux.

“Personne ne devrait avoir à tomber malade, se blesser ou mourir à cause de son travail”, déclare Erna Zelmin-Ekenhem. En ce qui concerne la violence au travail, “les employeurs ont une grande responsabilité en matière de prévention des situations de vulnérabilité et pour soutenir les employés”, poursuit-elle.

En savoir plus

Découvrez d’autres actualités

Actu Communautaire

21/02/24

Psychologie de la santé au travail : l’appel à candidatures pour le prix Eusebio-Rial-González est ouvert

L'EU-OSHA et l'Académie européenne de psychologie de la santé au travail (EAOHP) ont lancé l'appel à candidatures pour le prix “Eusebio Rial-González Innovation & Practice Award in OHP” 2024. Celui-ci récompense tout chercheur ou praticien dont les travaux ont apporté une contribution considérable et innovante à la psychologie de la santé au travail.