Actu Pays|27/03/24

DANEMARK : les bienfaits d’une formation physique pendant les heures de travail

Accueil > L’actualité d’EUROGIP et des risques professionnels en Europe > DANEMARK : les bienfaits d’une formation physique pendant les heures de travail

Selon le Centre National de Recherche sur l’Environnement de Travail, 3 x 10 minutes d’exercice par semaine pourraient réduire les absences pour maladie de longue durée de 13%. Aussi trois municipalités se sont-elles lancées pour proposer une telle formation, pendant les heures de travail, aux salariés du secteur des soins à domicile.

Cette offre fait partie des nombreux efforts lancés et des fonds municipaux ont été alloués pour permettre de prioriser le temps de formation. Et les bénéfices de celle-ci ne se sont pas fait attendre : réduction des douleurs, renforcement musculaire mais aussi un meilleur environnement psychologique de travail. En effet, la formation contribue à créer de la joie et une plus grande cohésion au sein des équipes. “C’est génial d’avoir ce répit dans la vie de tous les jours, où l’on s’amuse ensemble. Cela facilite simplement le travail”, explique Mona Andersen.

Les conditions pour la réussite d’un tel programme de formation est un soutien clair de la direction, une activité commune si possible entre salariés et direction, une heure fixe pour la formation et l’appui de quelqu’un pour corriger les mauvais mouvements.

En savoir plus

Découvrez d’autres actualités

Actu Pays

25/03/24

DANEMARK : un outil pour créer un bon environnement de travail

L'évaluation de l'environnement de travail est une obligation légale annuelle pour toutes les entreprises employant des salariés. Différents outils sont disponibles, parmi lesquels l'APV (arbejdspladsvurdering) en ligne développé en 2019 par les experts de l'Autorité danoise de l'environnement de travail.

Actu Pays

19/03/24

FRANCE : le fonds pour la prévention de l’usure professionnelle est opérationnel

À compter du 18 mars 2024, le FIPU ou Fonds d’investissement dans la prévention de l’usure professionnelle est opérationnel. Doté de 200 millions d'euros pour 2024, il servira à aider les entreprises concernées à protéger la santé des travailleurs exposés à trois facteurs de risques ergonomiques : les manutentions manuelles de charges, les postures pénibles et les vibrations mécaniques.