Actu Pays|10/11/16

FRANCE : TMS Pros, un programme pour lutter contre la 1ère maladie professionnelle reconnue

Accueil > L’actualité d’EUROGIP et des risques professionnels en Europe > FRANCE : TMS Pros, un programme pour lutter contre la 1ère maladie professionnelle reconnue

Sachant que les troubles musculosquelettiques (TMS) sont la 1ère cause de maladie professionnelle reconnue en France et qu’ils ont augmenté de 60% depuis 2003, ils sont au cœur d’un programme de prévention créé par l’Assurance Maladie – Risques professionnels.

Ce programme comprend des aides financières pour aider les entreprises à s’engager dans une démarche de prévention. Outre des « contrats de prévention » destinés aux entreprises de moins de 200 salariés, deux autres dispositifs pouvant aller jusqu’à 25000 € s’adressent aux entreprises de 1 à 49 salariés :

  • TMS Pros Diagnostic, pour financer 70 % de la formation d’une personne en interne et/ou une prestation ergonomique pour réaliser diagnostic et plan d’actions.
  • TMS Pros Action, pour financer l’achat de matériel et/ou d’équipements pour réduire les contraintes physiques en particulier lors de manutentions manuelles de charges, d’efforts répétitifs ou de postures contraignantes.

À noter par ailleurs que dans le cadre du programme TMS Pros, les premiers Trophées viennent de récompenser douze entreprises, parmi 116 candidates, pour leurs actions de prévention. Les lauréats sont de taille et de secteurs variés (textile, chaussure, hôtellerie, crèche, logistique, transformation et conservation de produits alimentaires…).

Site TMS Pros

En savoir plus sur la reconnaissance des TMS en maladies professionnelles en France et en Europe

Découvrez d’autres actualités

Actu Communautaire

21/05/24

Déclaration sur l’avenir du socle européen des droits sociaux

Lors de la conférence de haut niveau mi-avril à La Hulpe, le Parlement européen, la Commission européenne, la Belgique au nom des 25 États membres de l'UE, le Comité économique et social européen, ETUC, SGI Europe, SME United et Social Platform ont signé une déclaration sur l'avenir du Socle européen des droits sociaux.