Actu Pays|15/11/21

PAYS-BAS : une campagne pour inciter les employeurs à évaluer les risques

Accueil > L’actualité d’EUROGIP et des risques professionnels en Europe > PAYS-BAS : une campagne pour inciter les employeurs à évaluer les risques

“Moins d’absentéisme, moins de plaintes, plus de satisfaction au travail ? En tant qu’entrepreneur, faites le premier pas vers un environnement de travail plus sain et plus sûr pour vos employés.” Telle est l’accroche d’une campagne lancée fin octobre par le ministère des Affaires sociales et de l’Emploi.

La campagne vise à convaincre les employeurs de cartographier tous les risques professionnels afin de les réduire ou les éliminer et ainsi prévenir les problèmes de santé et les accidents. Car cet inventaire et cette évaluation des risques (RI&E) bien que requis par la loi sont méconnus de nombreux entrepreneurs, en particulier de PME, selon le ministère.

La campagne s’articule autour d’une application en ligne qui permet aux entreprises de créer un inventaire comme elles l’entendent en 4 étapes : créer un RI&E ; explorer les risques pour l’entreprise et indiquer dans un plan d’action les mesures à prendre ; demander l’avis des employés et faire tester le RI&E et le plan d’action par un expert ; commencer à exécuter le plan et suivre les changements et les progrès pour l’entreprise et les employés.

Des entrepreneurs de différents secteurs témoignent également dans des spots radio mais aussi sur Instagram et Linkedin, entre autres, expliquant pourquoi ils se sont engagés dans un “RI&E” :

  • dans le secteur des transports, par peur qu’il arrive quoi que ce soit au personnel,
  • dans le commerce de détail, par crainte des frais en cas de perte de personnel,
  • en tant qu’auto-entrepreneur, pour ne pas être victime de burn-out…

En savoir plus (en néerlandais)

 

 

Découvrez d’autres actualités

Actu Communautaire

21/05/24

Déclaration sur l’avenir du socle européen des droits sociaux

Lors de la conférence de haut niveau mi-avril à La Hulpe, le Parlement européen, la Commission européenne, la Belgique au nom des 25 États membres de l'UE, le Comité économique et social européen, ETUC, SGI Europe, SME United et Social Platform ont signé une déclaration sur l'avenir du Socle européen des droits sociaux.