Articles récents

PAYS-BAS : les cancers professionnels de la peau ne mobilisent pas le milieu médical

  • Imprimer

19/06/15Imprimer

Partager Partager sur FacebookPartager sur Google PlusPartager sur TwitterPartager sur LinkedIn

Le NCvB a décidé de se mobiliser sur les cancers cutanés d’origine professionnelle dans la perspective de la Journée nationale de prévention des cancers cutanés du 30 mai 2015. Les organisateurs, qui sont principalement des associations de dermatologues, n’ont pas prévu d’aborder la question des cancers professionnels.

Le NCvB estime que ce manque d’intérêt met en lumière le net décalage qui existe entre les Pays-Bas et d’autres pays européens sur la question des cancers professionnels cutanés. L’auteur de l’article rappelle que le Cadre stratégique en matière de santé et sécurité au travail de l’UE 2014-2020 prête une attention particulière à l’exposition aux rayons ultraviolets (UV) des personnes travaillant en plein air. Pour ce groupe de travailleurs, l’incidence du carcinome basocellulaire (CBC) a fortement augmenté en quelques années et celle du carcinome spinocellulaire (CSC) a même doublé comparé aux autres travailleurs et à l’ensemble de la population. Les cancers cutanés sont la forme de cancer la plus répandue et désormais la plus coûteuse en Europe. Ce risque professionnel a fait l’objet d’une législation spécifique dans des pays comme l’Autriche, la Croatie, le Danemark, le Portugal et, récemment, l’Allemagne.

Le NCvB a déjà émis un certain nombre de recommandations pour améliorer l’identification des tumeurs cutanées malignes liées à l’activité professionnelle. Pour l’instant, ces recommandations n’ont pas eu l’effet escompté. Entre 2010 et 2014, seuls 40 cas ont été déclarés par les médecins d’entreprise.

En savoir plus (en néerlandais)